Chez NATURLUX tout le monde est le bienvenu sans aucune discrimination

Miroir ennemi

Miroir ennemi

Le naturisme

Le naturisme

Il y aura toujours des cas psychiatriques importants pour confondre le naturisme avec autre chose..

Il y aura toujours des cas psychiatriques importants pour confondre le naturisme avec autre chose..

Prochain bowling naturiste 7 Mai

Présentation

Eksplikasion

Eksplikasion

Naturlux n'est pas un club

Naturlux n'est pas un club mais une association de naturistes dont l'un des buts est de répondre aux souhaits de ceux qui ne trouvent pas satisfaction ailleurs.

Face au déclin

Face au déclin

Vidéo présentation du naturisme libre

Intensité

Intensité

Présentation

Présentation

Paysage à voir lors de nos randonnues

1212121212

1212121212

Le nu coupable n'existe plus

Le nu coupable n'existe plus

Pour

Pour

Pas confondre

Pas confondre

01

01

02

02

03

03

04

04

05

05

06

06

Un petit break

Un petit break

Mise en garde

Mise en garde

Question ?

Question ?

Provocation ?

Provocation ?

La nudité en milieu clos, est-ce du naturisme ?

La nudité en milieu clos, est-ce du naturisme ?

Le naturisme n'est pas un concours de beauté. Chacun a le droit d'être comme il est !

Le naturisme n'est pas un concours de beauté. Chacun a le droit d'être comme il est !

Rassemble

Rassemble

venez

venez

Comment devient-on naturiste ?

Comment devient-on naturiste ?

son compte

son compte

J'aime

J'aime

La seule raison qui justifie notre besoin de nous cacher est l'éducation morale que nous avons reçu

La seule raison qui justifie notre besoin de nous cacher est l'éducation morale que nous avons reçu

Pourquoi

Pourquoi
Pourquoi

Toute

Toute

Pour nous accompagner

Pour nous accompagner

Vêtement facile

Vêtement facile

Un paréo

Un paréo

Un bon répulsif

Un bon répulsif

Prudence

Prudence

La région idéale

La région idéale
La région idéale

Si un non-naturiste vous interdit de pratiquer votre naturisme, interdisez-lui aussi quelque chose

Si un non-naturiste vous interdit de pratiquer votre naturisme, interdisez-lui aussi quelque chose

n

n

Les 3 règles d'Or

Les 3 règles d'Or
Les 3 règles d'Or

L'encadrement

L'encadrement

raisons de l'encadrement

raisons de l'encadrement
raisons de l'encadrement

Pour faire partie de NATURLUX rien de plus simple :

Pour faire partie de NATURLUX rien de plus simple :

mercredi 19 avril 2017

Je ne fais confiance qu'aux naturistes

Nous savons tou(te)s que la sincérité du corps induit la sincérité de l'âme (de l'esprit). Comment pourrait-on faire confiance à quelqu'un qui ne nous prouve pas sa sincérité ?
Même si tou(te)s les naturistes ne sont pas dignes de confiance, que dire alors des non-naturistes qui nous dissimuleront toujours quelque chose.
Pourtant nous savons tou(te)s nous naturistes que parmi nous personne n'est en danger. Nos enfants ne risquent rien. Le danger vient du monde non-naturiste. Les dangereuses personnes demeurent dans le monde non-naturiste.
Tous les enfants maltraités et abusés, le sont par et chez les non-naturistes.
Abusés durant l'enfance par des non-naturistes (bien évidemment), je ne me sens quiet que parmi les naturistes. Lors des soirées et dinés entre ami(e)s non-naturistes, l'alcool aidant, sur le qui-vive, je m'attends au pire et souvent, je suis déçu car il y a toujours des (même petits) dérapages.
Je ne bois ni me drogue ni ne fume mais j'observe les non-naturistes devenir bêtes grâce à ces substances et à qui plus tard il faudra tout pardonner même le pire. Ils/elles n'étaient plus ils/elles-mêmes, etc.. Ils/elles ne voulaient pas...mais...(qui les a obligé ? ? ? ? ) à se laisser devenir CONS ?

J'ai énormément de mal à faire confiance aux non-naturistes. Lorsque quelqu'un me rend un service (quelque soit ce service), s'il est naturiste, je sais que ça va fonctionner mais s'il ne l'est pas, je doute...profondément car presque chaque fois, je suis déçu.
 
Paul-Yves Depré, fondateur de Naturlux

samedi 8 avril 2017

En quoi le regard masculin cultive un mal-être pour les femmes ?

En quoi le regard masculin cultive un mal-être pour les femmes ?

Si les hommes veulent que les femmes aient une meilleure image de leur corps, peut-être qu’ils feraient mieux d’arrêter de se focaliser trop sur notre apparence.

Hier Susan Cox a attiré notre attention, un homme a lui seul résolu les problèmes de l’image du corps des femmes et des filles
Le doctorant Aric Sigman, auteur de Body Wars (les guerres du corps); a déclaré que les femmes arrêteront d’essayer se laisser mourir de faim pour être mince si les hommes disaient des filles qu'ils désirent toucher et/ou de regarder « la détestable femme qui a la corpulence d’une poire ». Il a dit au Télégraph que les garçons devraient dire aux filles « qu’il y a des femmes qui apparaissent visuellement comme des modèles parfaits mais qui ne sont pas sexy et qu’il y a des filles qui ne sont pas des matières à modèles mais qui sont très attirantes ». Au fond ce que Sigman tente de nous convaincre c'est que les femmes et les filles arrêteront de s’obséder et d’haïr leurs corps si seulement les hommes se mettaient à approuver leurs corps, mais il ne réalise pas que la grosse partie du problème est qu’on dit aux filles que la chose la plus importante dans la vie est d’être validée comme sexy et attirante par les hommes.
Durant un discours lors d’une conférence de professeurs à Londres cette semaine, il a parlé des troubles de l’alimentation en disant que les « les hommes sont une armée inexploitée… en sachant que les hommes pensent qu’ils peuvent servir d’antidote pour les préjugés qui nourrissent l’insatisfaction du corps. »
Sigman semble croire que si seulement les hommes pouvaient s’empêcher de nous trouver baisables lorsque nous ne sommes pas des modèles extrêmement minces, nous nous sentirons mieux envers nos corps.
Le Telegraph signale que Sigman a trouvé de toute évidence, que l’insatisfaction des femmes envers leur morphologies a augmenté durant les trois dernières décennies en raison du fait que la morphologie des femmes a été réduite, mais aussi que les médias sociaux et internet ont juste exacerbés les filles à être mécontentes envers l’apparence de leur corps
Attends, je suis troublée lequel des deux ferait de moi un meilleur objet sexuel à baiser ? (Mourir de faim n'est pas sexy, anti-écart entre les cuisses)
Maintenant, j’adhère sur le fait que les médias sociaux ont appris aux jeunes femmes et aux filles à être obsédées par leur « baisabilité » et « auto-objectisation » bien plus qu’auparavant, mais avec l’année des fesses derrière nous, c’est clair que les femmes ne sont pas juste en concurrence pour être les plus minces possible.
Il y a toujours quelques nouvelles parties du corps dont nous sommes censées être en obsédées et haïr, parfois c’est juste que nos cuisses sont trop comme des cuisses et pas assez comme des squelettes, parfois c’est nos hanches et nos fesses qui ne sont pas assez grosses ni croustillantes, et parfois ce sont nos corps qui sont féminins et néanmoins toujours mauvais et dans l’erreur.
J’admets m’inquiéter souvent sur le fait de grossir. J’admettrai aussi ne jamais avoir été véritablement satisfaite avec mon corps. Quand j’étais une adolescente, j’étais constamment en mal dans ma peau par rapport à mon absence de formes, je portais des leggins sous mes jeans pour rembourrer, je refusais de porter des t-shirts parce que mes bras étaient trop osseux et courts (HA). Pas avec ces genoux pointus !
Ma sœur me disait que je ressemblais à un garçon à cause de mon absence d’hanches et de cul (nous nous insultions librement toutes les deux, de peur que vous vous inquiétez par ces manquements fraternels). Même pendant ma phase de « j’ai 19 ans et j’ai des seins et l’attention masculine donc je suis la merde »
Je pense que beaucoup de jeunes femmes désorientées s’y dirigent, je me sens encore mal par rapport à mon ventre plat comme une planche à laver et ma peau pale. C’est dire que les femmes se trouveront toujours des défauts. On trouvera des choses pour nous détester, si on est trop mince ou trop grosse ou trop vieille ou trop poilue ou trop humaine. Parce que le message est que nous sommes nos corps et que nos corps ne sont pas pour nous.
Je suis pleinement consciente que nous vivons dans une culture qui abhorrent les femmes « grosses » et qui impose des régimes aux filles à partir d’un très jeune âge. Quand j’avais 9 ans et quelques, je me souviens avoir dit à ma mère que j’allais faire un régime. Je ne crois même pas que je me trouvais que j’étais grosse (J’étais en fait un enfant extrêmement maigre et squelettique). Je pense que je croyais que c’est ce que les filles faisaient, alors j’ai mis le programme d’entraînement de Jane Fonda de ma mère à visionner, que j’ai suivi pour peut-être un jour ou deux jusqu’à ce que ça m’ennuie. (Pour le visionnage de l’entraînement ma mère ne soutenait pas ma tentative de « régime » d’une certaine manière et me disait « tu n’as pas besoin de faire un régime, folle »).
Donc je ne vais pas prétendre que « la culpabilisation de la minceur fait le poids de la culpabilisation de la grosseur – L’enthousiasme avec lesquels les films et la télévision rendent les femmes qui ne sont pas maigres la blague sur le cul est grotesque et nous avons tendance à traiter les femmes plus larges comme si elles étaient négligées et d’une certaine façon hors de contrôle, certainement moins dignes d’amour et de respect que les femmes minces… Mais enfin, aucune femme n’est libre du regard masculin (male gaze), et s’obsède à savoir si les hommes nous approuvent ou non est le problème majeur, même si ces hommes nous disent qu’ils ont un niveau d’acceptation de la rondeur des corps.
« Parler aux femmes est la clef, aussi bien » dit Sigman. « Souvent les manques de confiance en soi sont légués de mère en fille et en ont un peu à voir avec les hommes. « Oh vraiment ? Alors tu veux dire que la haine de soi des femmes est légué à leurs filles n’a rien à voir avec la misogynie ou les industries des hommes comme les pubs, le porno, et les médias ? Je suppose que c’est une de ces « femmes qui portent des talons hauts et rasent leur vagin et qui ont des implants mammaires pour « elles-mêmes » est plutôt l’argument… herm...
Il va jusqu’à expliquer que les « hommes sont souvent surpris de découvrir à quel point la plus intelligente, capable, rationnelle, et habille peut être menée par le bas et par le mécontentement de son corps. Beaucoup d’entre nous ne comprennent pas ça . « Ouais, on sait qu’on comprend pas. Tu veux qu’on ait confiance en nous et tu n’exprimes jamais aucune de nos manques d’assurance malgré le fait de nous mettre à l’affichage en nous forçant de se performer la féminité jour après jour. Tu ne veux pas qu’on s’inquiète sur le régime, les rides, mais tu nous traite comme invisible et inintéressante et vulgaire si on gagne du poids ou de l’âge. Tu veux qu’on s’obsède sur nos défauts mais encore tu pointes à quel point les femmes sont « belles » et « sexy » par dessus tout. Ne pas réussir à prendre conscience que la première chose que tu commentes sur le fait de décrire les hommes n’est pas leurs apparences.
Tu veux qu’on soit « naturelle » mais sans poil. J’ai entendu cette vieille chanson-danse plus d’un millions de fois et c’est un chargement de merde. Si tu ne veux pas comprendre ce que c’est que de vivre dans ce monde en tant que femme, demande à une femme (s’il y a une chose sur laquelle Sigman a raison est : parler aux femmes). Si tu penses que c’est peu attrayant pour les femmes d’avoir un manque de confiance en elles et qui s’inquiètent sur leurs corps et leurs apparences. Arrête de regarder du porno, arrêter d’objectifier les femmes dans la rue, arrête de décrire les traits physiques des femmes comme si elles parlaient de leur personnalité. « Elle a un joli cul » n’est pas pertinent pour rien au monde.
La façon dont le patriarcat fonctionne est de dire aux hommes qu’ils sont l’être humain par défaut, et que les femmes néanmoins n’existent que pour être en relation avec les hommes. Et c’est précisément ce que la théorie de Sigman renforce. Arrêtez de réduire notre existence autour de vous. Et ainsi le problème sera résolu.

dimanche 26 mars 2017

Douleurs à l'effort ? douleur permanente ?

Bonjour ou bonsoir,
Si Naturlux est premièrement une association de naturistes qui organise des promenades naturistes encadrées diurnes et nocturnes, quelques naturistes ne viennent jamais à nos activités dynamiques et préfèrent les sorties saunas, les repas naturistes, les barbecues, etc. Tout ce qui est statique et ne demande que peu d'effort. POURQUOI ?
Souvent parce que ces naturistes souffrent...de douleurs.
Toutes ces douleurs sont aggravées par un mauvais positionnement du corps suite au mal qui les induisent.
On pourrait pourtant amoindrir l'intensité des douleurs en repositionnant correctement le squelette et les articulations avec l'aide d'un spécialiste en bio-mécanique.
Pour être passé par là en 2005, moi qui avait sans cesse des douleurs cervicales et lombaires et qui étais de manière permanente sous antidouleurs puissants (Contramal, Valtran, dolzam), j'étais résolu avec un numéro AWIPH de travailler en atelier protégé. C'est ainsi que pendant toute cette période j'ai travaillé à la Lorraine, La Gaume et Stallbois...comme handicapé. Ensuite, épuisé par les douleurs j'ai vécu de la mutuelle en restant chez moi du lit au fauteuil, jusqu'au jour où j'ai fait la connaissance de Éric Gillard qui est le frère ainé d'un ancien collègue.
Éric Gillard est bio-mécanicien, podologue, faciathérapeute et kinésithérapeute.
Lorsque j'ai pris rendez-vous avec lui, il m'a fait marcher pieds-nus en me filmant et immédiatement après a projeté sur le mur la vidéo de ma démarche en m'expliquant et en me montrant explicitement pourquoi et surtout où je devais avoir mal. J'ai été stupéfait de constater qu'il savait où j'avais mal (seulement en me regardant marcher) sans me l'avoir demandé au préalable.
Non seulement il a directement trouvé la cause de mes douleurs mais il a pu directement me guérir définitivement !
S'il l'a fait pour moi, il pourra le faire pour tous les autres aussi.
Depuis qu'il m'a guéri, j'ai pu retrouver du travail et organiser des activités naturistes. La forme que je possède et que vous connaissez presque tou(te)s c'est à lui que je la lui dois !
Lorsque que l'on possède dans ses relations, une personne de cette valeur, on aime partager. C'est pourquoi, je vais donner ci-après les coordonnées de ce magicien de la douleur (qui la fait disparaître à tout jamais).
Éric Gillard 10-12 Rue Patenier 5000 Namur 081/733.097
47 Route de Bouillon 6800 Libramont 061/223.485
Il arrive souvent que je lui envoie des collègues accidentés pour une rééducation plus facile et/ou couronnée de succès. Y aller de ma part (Paul-Yves Depré de Naturlux) est un "+"
Conserve bien ces coordonnées parce que même si elles ne te seront pas utiles, elles le seront certainement pour quelqu'un d'autre.
Jésus-Christ a guéri une seule fois un paralytique, il a ressuscité une seule fois Lazare, il a fait très peu de choses finalement et on en a fait toute une affaire pendant des siècles....Mais Éric Gillard sauve des gens tous les jours ! J'imagine que lors des prochains millénaires on en reparlera encore.

vendredi 10 mars 2017

naturisme en toute liberté....

naturisme en toute liberté

C'est avec ce message mensonger que des organisations de vacances naturistes manipulent leurs futurs clients trop naïfs.

Ceux qui font le commerce des vacances naturistes sont des organisations mercantile dont seul le profit compte et pas du tout le bonheur du naturiste.

Ces organisations lucratives sans autre but, scandent " naturisme en toute liberté" alors que la liberté promise se limite d'une part au périmètre bien défini de leur enceinte et d'autre part le naturiste est assujetti à un règlement drastique qui réduit considérablement la liberté annoncée mensongèrement.


​A contrario et diamétralement opposé à cette arnaque de tout premier ordre, il y a NATURLUX qui est géré par d'authentique naturistes qui prônent le naturisme libre en le respectant et en faisant sa promotion chaque jour.

L'organisation de randonnues (balades naturistes) ​aussi bien de jour que de nuit, de descente de rivière, d'activités de plein air, etc. se font dans des lieux qui ne sont pas confinés dans un périmètre limité. NATURLUX offre vraiment du naturisme en toute liberté !

NATURLUX n'est pas un club ni une société commercial qui abuse de la naïveté des naturistes crédules. NATURLUX est une association de naturistes qui mettent en "pot commun" des moyens d'organiser des activités naturistes novatrices mais aussi plus traditionnelles.

Chez NATURLUX rien n'est obligatoire et tout le monde est le bienvenu sans aucune discrimination. 

lundi 6 mars 2017

Namur: nus, ils jouent au bowling!

Namur: nus, ils jouent au bowling!

Les naturistes devaient tout de même porter des chaussures.
Les naturistes devaient tout de même porter des chaussures.
Naturlux, une association de nudisme active dans la province du Luxembourg et dans la région namuroise, organise de nombreux événements pour ses membres. Ce dimanche, l’association organisait une sortie au Bowling & Squash de Saint-Servais.

Les nudistes n’en sont pas à leur premier bowling sans vêtement. Ils ont loué les pistes de 20h à 22h.
Pour Paul-Yves Depré, jouer au bowling est plus facile sans vêtement.

Avant de lancer les boules sur les quilles, un repas était organisé. Mais comme un championnat était organisé, le groupe a mangé habillé dans le restaurant du bowling. Après 20h, Naturlux avait quartier libre. «  J’ai fait ça pour innover. Entre octobre et mars, il n’y a plus rien à faire à l’extérieur donc les adhérents ne se voient plus. On a organisé ça pour pouvoir se revoir et on préfère choisir une activité dynamique  », explique Paul-Yves Depré, le fondateur de l’association.
Ils étaient une quarantaine à s’amuser sur les pistes en toute liberté. Des hommes pour la plupart. «  Les femmes souffrent de l’image d’elles-mêmes. L’ennemi de la femme, c’est le miroir. L’homme s’en fout. Depuis des générations, il se dévêtit au boulot devant ses collègues. Ce n’est pas le cas pour les femmes. »
Bowling nudiste

Paul-Yves Depré préfère jouer au bowling dans le plus simple appareil. «  Cela donne une certaine liberté de mouvement. Quand je fais du bowling habillé, je ne suis pas très adroit. Toutes mes boules vont dans la rigole. Il y a toujours quelque chose qui gêne.  »

Mais son activité préférée en tant que naturiste est la randonnée. Il préfère être au grand air. «  La définition du naturisme dit que c’est une manière de vivre en harmonie avec la nature. Donc il faut y être, sinon ce n’est pas du naturisme. Cela favorise le respect de soi, de l’autre et de la nature.  »

vendredi 3 février 2017

Une personne en Belgique sur quatre n'a pas les moyens de partir en vacances

Bonjour
Chacun sait qu'en Belgique, une personne sur quatre n'a pas les moyens de partir en vacances....
Mais Naturlux offre des vacances pour seulement 30€ à des personnes s​​eules, des couples ou des familles.
Venir en camping sur notre terrain par exemple pour 30€ (à payer qu'une fois), participer gratuitement aux randonnues, aux descentes de la Semois, etc. Avec la possibilité sur place de visiter le château de Bouillon ou d'Herbeumont, les ruines de l'abbaye d'Orval et la brasserie, le Gaume Jazz Festival, la foire aux artistes de Chassepierre, le trou des Fées à Chassepierre et des tas d'autres lieux touristiques.
Pourquoi exiger pour soi d'onéreuses vacances tributaires de la météo et des moyens de locomotion ?
Le train arrive jusque Florenville .  Chez Trafic, une tente + un matelas + un sac de couchage ne coûte que 25€ et la nourriture prise en commun ne coûte pas cher. Un mois de vacances pour grosso modo 150€ tout compris est à la portée de toutes les bourses, alors pourquoi ne pas choisir Naturlux pour vos prochaines vacances ?


















mercredi 1 février 2017

L'idéal est de vivre la mixité entre naturistes et non-naturistes

L'idéal est de vivre la mixité entre naturistes et non-naturistes. Que chacun puisse vivre comme il l'entend et sans aucune ségrégation ni sectarisme, vers un monde de tolérance où chacun peut choisir sa place.
 Pourquoi encore accepter la place que d'autres nous imposent ?
 Pourquoi ne pas vivre ensemble en harmonie ?
Pourquoi encore subir le regard des personnes mal éduquées ?


Le naturisme doit pouvoir se vivre librement et non plus comme une secte car le naturisme n'est pas une secte. Et donc ne doit pas se vivre cacher.


Dans notre association les textiles sont les bienvenus. Si les naturistes sont éduqués, il est temps d'éduquer les textiles à la diversité et à la tolérance.
 Être nu(e) n'est pas un crime et naître nu non plus. Puisque nous naissons tous nus, nous ne sommes pour autant, pas des criminels !
 Dans les vraies démocraties (là où ce n'est pas une caste de gens qui se considèrent comme supérieurs aux autres qui impose ses points de vue), la nudité simple n'est pas proscrite.
 Il n'est pas rare de rencontrer des gens nus dans des lieux publics
 Certains membres d'une même famille choisissent d'être nus ou habillés là où d'autres font l'inverse.


 Les petits pays ont de petites idées et de petits esprits....

 La nudité simple est souvent plus tolérée dans les grands pays.


vendredi 13 mai 2016

Les bienfaits physiques du naturisme

Se mettre à Nu
Une expérience harmonisante et libératrice
Alain Boudet
Dr en Sciences Physiques, Thérapeute psycho-corporel, Enseignant
Résumé: Nombreux sont celles ou ceux qui éprouvent des difficultés à se dénuder en présence d'autres personnes. La seule raison à cette gêne semble être la culpabilité qui a été inculquée par une éducation contraignante qui considère le corps et les parties sexuelles comme quelque chose de honteux. Or, la nudité apporte bien des bienfaits physiques et psychologiques. C'est un excellent apprentissage en vue de se libérer de la honte, savourer des plaisirs simples, trouver plus d'authenticité dans la relation aux autres, développer le respect et la bienveillance envers les autres. C'est également un sédatif à la violence sexuelle. Les mouvements naturistes ont été des pionniers dans cette expérience harmonisante et libératrice.
Contenu de l'article

Aimez-vous prendre des bains de soleil? Pour la plupart d'entre nous, exposer sa peau aux rayons d'un soleil pas trop intense est très agréable et nous aimons nous dévêtir le plus possible dans ce but. A votre avis, votre agrément sera-t-il plus grand si vous vous dévêtez complètement, en supposant que vous êtes seul(e) dans un endroit que personne ne viendra troubler? Je ne parle pas ici de votre intérêt pour le bronzage intégral qui efface les "marques", j'attire votre attention sur votre sensation de bien-être. Si c'est votre cas, imaginez que d'autres personnes nues vous accompagnent et profitent également du bain de soleil. Cette circonstance devient plus difficile à accepter pour beaucoup d'entre nous. Pourtant, voir des gens nus est devenu chose assez courante, au cinéma, dans des magazines, ou sur de nombreuses plages en France. Les petits enfants se mettent nus sans même y porter attention car c'est une attitude naturelle.
Pourquoi l'acte de se dévêtir complètement devant d'autres personnes présente-t-il des difficultés? Cet article est consacré en partie à cette question. Mais auparavant, on peut se demander s'il est vraiment utile d'aborder ce sujet. Après tout, on peut rester habillé tout en vivant une vie heureuse et bien remplie. Bien entendu! Mon propos n'est donc pas d'inciter quiconque à vivre nu le plus souvent possible. Dans cette étude, nous examinerons tous les bénéfices apportés par l'état de nudité, aussi bien pour la santé physique que pour la santé psychologique, afin que chacun puisse réfléchir aux réponses. Elle se veut une incitation à élargir nos points de vue et nos consciences. C'est à cette condition que chacun peut développer sa liberté intérieure et choisir ce qui lui convient de vivre.
Nous prendrons tout d'abord connaissance des bénéfices que l'exposition totale du corps à la lumière et à l'air apporte à la santé physique. Puis nous examinerons les effets bénéfiques de la nudité sur la santé psychologique et le développement personnel. Car en observant nos appréhensions pour nous dévêtir, nous serons probablement conduits à rencontrer des interdits, des culpabilités et des peurs irrationnelles, et cela nous renseignera sur nos rapports avec le corps et le plaisir. Libre à nous ensuite de conserver ces peurs ou de nous libérer de nos barrières intérieures. Nous examinerons dans quelle mesure la démarche naturiste est susceptible de nous aider à augmenter notre liberté intérieure, et à vivre avec plus de paix et plus de légèreté. Cette approche est en rapport direct avec la notion d'enfant intérieur qui est approfondie dans un autre article.

Le plaisir d'être nu

Lorsque vous êtes sous la douche ou dans la baignoire, dans quelle disposition d'esprit êtes-vous? Vous lavez-vous uniquement par commodité, mécaniquement, en pensant à ce que vous ferez demain, ou bien savourez-vous la détente et la sensation de l'eau, du savon et de votre main sur le corps?
Le soir au coucher, lorsque nous enlevons nos vêtements, nous sentons nettement que nous nous délivrons de quelques entraves, les élastiques des slips, soutien-gorges et chaussettes, les ceintures, etc. Mais souvent, nous le faisons mécaniquement. Il est excellent d'arrêter notre attention sur ces petites sensations de bien-être du quotidien, même fugitives. Cela nous permet de mieux en profiter et cela développe notre capacité de plaisir et de joie.
Qui ne s'est pas trouvé plus à l'aise après avoir enlevé sa chemise par temps de grosse chaleur? Qui n'a pas gouté au plaisir de laisser baigner sa peau nue par les rayons du soleil? Beaucoup de gens choisissent de partir en vacances à la plage pour profiter du soleil, de l'eau et de l'air. Se dévêtir présente l'intérêt premier de nous procurer une merveilleuse sensation de bien-être et de liberté. La peau et le corps bénéficient avec bonheur du contact avec les éléments de la nature, la lumière, l'air, l'eau, le sable, la terre...
Alors pourquoi ne pas profiter pleinement de ce plaisir et de cette liberté en exposant le corps en entier? D'ailleurs les maillots de bains deviennent de plus en plus minuscules. Pourquoi vouloir absolument garder ces quelques petits centimètres carrés d'étoffe qui laissent tout deviner?

La pratique du naturisme

Ceux qui ont fait l'expérience de nager nus dans un lac ou dans la mer savent combien l'impression est très différente de celle de nager avec un maillot de bain, même tout petit. Nombreux sont ceux qui peuvent en témoigner, en particulier au sein du mouvement naturiste, actif depuis plus de 100 ans en France et en Allemagne. Contraints de se regrouper et de s'organiser pour vivre leur idéal, les naturistes ont créé des centres de vacances et d'activités, et publié études, livres et revues (voir à la fin de l'article). J'ai émaillé cet article de quelques-unes de leurs réflexions glanées dans ces écrits ou recueillies directement au cours de quelques séjours parmi eux il y a quelques années (réponses rapportées librement sous forme condensée).
» Pourquoi pratiquez-vous le naturisme?
Tout simplement parce que c'est très agréable. Ce n'est qu'en vivant le naturisme qu'on se rend compte combien être complètement nu sur une plage quand le temps le permet est un vrai plaisir. On ressent également une merveilleuse liberté physique à nager nu. Les "bains de minuit" étaient d'ailleurs pratiqués depuis longtemps en-dehors des centres naturistes pour avoir l'occasion de ce plaisir avec la complicité de l'obscurité.

Les bienfaits physiques du naturisme

De nombreuses études ont été effectuées sur les effets bénéfiques du soleil, à l'encontre de la tendance médiatique à vouloir mettre l'accent sur les risques des cancers de la peau. Tout dépend de la façon dont on s'expose au soleil, et surtout quel type on mène (voir Santé naturelle). En particulier quelle alimentation avons-nous (voir Alimentation saine).
Déjà dans les années 1930, moment d'effervescence pour faire admettre et populariser le naturisme, un médecin naturiste, le Dr David Fougerat de Lastours, a étudié les effets médicaux de l'exposition du corps entièrement nu.
Le naturisme est une excellente pratique pour améliorer sa santé. Une demi-heure d'exposition nu au soleil, est équivalent à 2 repas du point de vue énergétique. Le soleil est essentiel pour le fonctionnement normal de la peau, dont le rôle principal est l'élimination des toxines. Or elle est souvent dépassée par leur excès. L'exposition au soleil lui redonne de la vitalité.
Les organes sexuels ont besoin autant que les autres de cette exposition car ils régularisent par leurs hormones le fonctionnement de tout le corps. Cela a des répercussions dans tous les organes et le corps bénéficie d'un tonus musculaire accru. Il devient plus résistant à toute forme de maladie, y compris aux coups de soleil. Porter un maillot de bain est physiologiquement absurde, d'une part parce qu'il empêche la peau de se nourrir du soleil ce qui l'affaiblit; d'autre part parce que le maillot humide provoque une perte de chaleur qui non seulement est désagréable mais affaiblit la défense du corps contre les agressions microbiennes.
Le naturisme combat les excès de la civilisation. Toutes les fonctions organiques sont stimulées: foie, circulation, digestion. Le métabolisme s'accroit, les déchets s'éliminent, les graisses sont transformées. Dans les centres naturistes, il est fréquent d'assister à un embellissement du corps chez les nouveaux venus, en particulier pour les personnes de fort embonpoint.
Depuis, d'autres études sont venues compléter ces conclusions (D. Downing et J. Celle dans Du bon usage du Soleil; revue Sciences et Avenir d'aout 2008...). France Guillain, dans son ouvrage Le soleil, aliment indispensable en rassemble les conclusions: Notre besoin d'absorber le soleil par tous les pores de la peau correspond à une nécessité biologique.
Pourquoi ne pas donner à nos organes génitaux, notre pubis, et aux seins des femmes, la même attention qu'aux autres parties de notre peau? C'est une façon de prendre soin de nous-même et d'honorer ce corps qui est confié à notre responsabilité pour que nous vivions pleinement notre vie terrestre.

La honte du corps et des parties sexuelles

Vous vous promenez dans la nature avec un groupe d'amis, et voici que vous vous trouvez au bord d'un lac qui vous invite à la baignade. L'une des personnes n'a pas prévu son maillot de bain et préfère se priver de baignade plutôt que d'en profiter gaiement avec ses amis. D'autres qui sont dans le même cas se baignent nus et insouciants comme des enfants. Et vous, quelle attitude auriez-vous dans ce cas? Si vous êtes en maillot, seriez-vous gêné(e) à la vue des autres? Si vous n'en avez pas, pourriez-vous vous baigner nu(e)?
La nudité en groupe nous met en face du dilemme suivant. Ou bien nous profitons des plaisirs qu'offrent la nature et la vie en toute innocence. Ou bien une force, une résistance nous en empêche. Pourtant lorsque nous sommes nus, que montrons-nous de plus qu'en maillot? Le sexe, bien évidemment, et les seins féminins. Ainsi, c'est le sexe qui crée le problème. Cependant, le maillot laisse tout deviner des formes comme une seconde peau, et c'est généralement accepté comme normal. La pensée d'enlever ces quelques centimètres carrés de double peau sur le pubis nous met en émoi. Cela peut être provoqué par l'idée que montrer son sexe est laid, immoral, dégoutant ou dégradant. Il peut y avoir la sensation d'être vulnérable, sans aucune défense, et pour les femmes d'attirer des agressions sexuelles, pour les hommes d'avoir des érections inconvenantes. On verra plus loin ce qu'il en est de toutes ces peurs, appréhensions et interdits.
"Ça ne me dérange pas que d'autres soient nus, mais moi, je ne montre pas "ça" parce que c'est pas beau. Je ne veux pas faire subir ça aux autres"!! Cette remarque relativement fréquente met en avant une appréciation esthétique qui n'est pas la véritable raison. S'il est réel que les individus ne présentent pas la même beauté, en maillot ces mêmes personnes se montreront volontiers et profiteront de la plage, même conscientes des prétendues disharmonies de leur corps, et ce ne sont pas les parties sexuelles qui semblent déterminantes pour la beauté d'une personne. Le jugement sur l'esthétique des zones sexuelles est donc accessoire. Si on est nu en groupe, tout le monde est sur le même plan, il n'y a pas plus d'appréciation esthétique qu'en maillot. La pratique montre qu'au contraire, il y a souvent beaucoup plus de tolérance et d'acceptation.
En réalité, nos appréhensions révèlent des retenues psychologiques plus profondes: peur de déplaire en s'exposant complètement, sous-estime de soi, honte de son sexe, culpabilité de passer outre aux injonctions de l'éducation et aux règles du groupe social. A beaucoup d'entre nous, on a inculqué l'opinion que le sexe est sale et dégoutant. S'en occuper, et qui plus est, le montrer librement, c'est dégradant et interdit. Transgresser cet interdit, c'est se rendre coupable et se sentir mauvais garçon ou mauvaise fille.
Même si nos idées modernes nous portent à abandonner cette opinion, nous portons le poids des culpabilités des générations précédentes comme un parasite. Les recherches de la psychogénéalogie ont très bien démontré que notre comportement est marqué par le souvenir inconscient de certains évènements traumatisants vécus par nos grands-mères ou grand-pères, ou d'autres membres de la famille. Or imaginez toute la somme de honte vis-à-vis de la sexualité, de la nudité et des plaisirs du corps que nous avons récoltée depuis des centaines d'années.
Le corps, la chair, la nudité, c'est la sexualité et le plaisir, et tout cela, selon les concepts d'une éducation bien répandue dans la civilisation occidentale, c'est le mal. Autrefois, on y associait même la femme qui était accusée d'entrainer à la tentation et au plaisir. Il n'est donc pas étonnant que nous ayons parfois des réactions involontaires de refus de la nudité.
Si prendre du plaisir est interdit alors qu'on en éprouve, ou si l'on se sent frustré de ne pouvoir participer au plaisir parce qu'il est interdit, l'esprit s'arrange pour ne pas sentir le plaisir ou la frustration du plaisir en se coupant de ses sensations. Ce qui peut donner ceci: "Je suis très bien quand je suis habillé, pourquoi me mettrai-je nu?"

L'éducation en cause

Famille en vacances
Famille en vacances sur une aire naturiste
Source: site Naturisme
La seule raison qui justifie notre besoin de nous cacher est l'éducation morale que nous avons reçue, fondée sur la crainte, l'interdiction et la culpabilité plutôt que sur la joie de vivre, l'harmonie des relations et l'encouragement de notre expression vitale. Qu'en disent les naturistes?
» Quelles sont les conséquences d'une telle éducation culpabilisante?
Le petit enfant ne comprend pas pourquoi certaines parties de son corps sont considérées comme nobles et d'autres honteuses. Cela sème la contradiction en lui. Il apprend à ne plus se montrer, ni à questionner, par peur des remontrances. C'est la source de blocages et d'inhibitions. Plus tard, l'adolescent dont la curiosité sexuelle normale n'est pas satisfaite a tendance à être voyeur ou exhibitionniste. Sentant inconsciemment qu'on ne lui fait pas confiance, il se confie plus difficilement, va chercher ses informations ailleurs ou a tendance à se replier sur lui-même.
Chez l'adulte, la division du corps en deux parties crée une angoisse inconsciente néfaste au développement de sa personnalité. Or le corps et l'esprit ne peuvent se développer harmonieusement que s'ils sont envisagés comme un tout équilibré sans que l'on sépare artificiellement aucune des composantes de cet ensemble. Pour un être équilibré, il n'y a rien d'anormal à montrer ses parties sexuelles au même titre que toute autre partie du corps, de même qu'il est normal de discuter librement de sexualité aussi bien que de tout autre sujet.
J'ai assisté à l'effroi et à la honte d'une mère qui a hurlé parce que sa toute petite fille s'apprêtait à se déculotter dans le hall d'un grand magasin pour faire son pipi. Quel choc cela a été pour cette petite qui ne se rendait pas compte que ce n'était pas le bon endroit et qui a été figée de voir sa mère aussi mal. Elle retiendra probablement que se déculotter, c'est faire mal à maman.
Les enfants sont conscients d'eux-mêmes en tant qu'êtres sexuels, c'est-à-dire en tant qu'êtres humains, dès le commencement de leur vie. Bien des parents tentent de les décourager de remarquer cela. Si la main d'un bébé va vers le "mauvais endroit", vous la retirez. Si un petit enfant commence à trouver des instants de plaisir en jouant innocemment avec son propre corps, vous réagissez avec horreur et vous transmettez ce sentiment d'horreur à votre enfant. L'enfant se demande: qu'est-ce que j'ai fait, qu'est-ce que j'ai fait? Maman est furieuse; qu'est-ce que j'ai fait?...
Quelque part entre l'âge de 12 et 17 ans, la plupart d'entre vous abandonnez le combat et dites, en essence: "d'accord, maintenant, tu peux remarquer que tu as des parties sexuelles et des choses sexuelles à faire avec elles". Mais le tort est déjà fait. Vos enfants ont appris pendant au moins 10 ans qu'ils devaient avoir honte de ces parties de leur corps...
Extrait de Conversations avec Dieu, tome 2. Neale Donald Walsch, Éditions Ariane, 1997
Ne pouvant pas comprendre ce qu'on exige de lui, l'enfant en déduit inconsciemment qu'il ne peut pas faire confiance à ses impulsions, ni à son ressenti, ni aux mouvements de son corps, ni aux mouvements de vie, ni à lui-même qui donc est mauvais.
Ayant donc appris très clairement que toutes les choses ayant trait à ces parties du corps doivent être cachées, tuées, niées, vos enfants explosent alors dans la puberté sans savoir du tout quoi faire de ce qui se passe en eux. Ils n'ont aucune préparation. Bien entendu, ils agissent alors en êtres misérables, répondant à leurs besoins les plus nouveaux et les plus urgents de façon malhabile, sinon inconvenante... Cela ne rend pas service à vos enfants, car beaucoup trop d'entre eux entament leur vie adulte accablés de tabous sexuels, d'inhibitions et de "complexes" à tout casser.
Dans les sociétés éclairées, les enfants ne se font jamais décourager, réprimander ou "corriger" lorsqu'ils commencent à prendre plaisir, tôt, à la nature même de leur être. La sexualité de leurs parents, c'est-à-dire l'identité de leurs parents en tant qu'êtres sexuels, n'est pas particulièrement évitée ou nécessairement cachée. Les corps nus, que ce soient ceux des parents, des enfants, ou de leurs frères et soeurs, sont considérés et traités comme étant totalement naturels, totalement merveilleux et totalement corrects, et non comme des choses honteuses.
Extrait de Conversations avec Dieu, tome 2. Neale Donald Walsch, Éditions Ariane, 1997
» Remarque: sexualité ne signifie pas activité sexuelle mais reconnaissance de nous en tant qu'êtres sexués.
» En quoi la pratique du naturisme est-il éducative et harmonisante?
Il est absurde que des parents se cachent à leurs enfants, car les enfants ressentent qu'ils n'ont pas droit à toute leur confiance. Plus tard, ils n'oseront pas les interroger et demander conseil à propos de la découverte de leur sexualité. Le naturisme supprime ce problème, les enfants développent des rapports avec autrui plus naturels sans gêne ni timidité.
Aux adolescents, elle apporte un apaisement par rapport aux interrogations sur le développement anatomique. Elle leur permet de mieux se connaitre entre garçons et filles et de mieux s'apprécier. La pratique en famille favorise les relations de confiance entre les adolescents et leurs parents.
Cessez d'enseigner aux enfants, dès le commencement de leur vie, que les choses relatives au fonctionnement naturel de leur corps sont honteuses et mauvaises. Cessez de montrer à vos enfants que tout ce qui est sexuel doit rester caché. Lorsque vos enfants commencent à assumer leurs propres sentiments, curiosité et besoin sexuels, faites-les aborder cette nouvelle et grandissante expérience d'eux-mêmes avec un sentiment intérieur de joie et de célébration, et non de culpabilité et de honte.
Cessez de cacher vos corps aux yeux de vos enfants. Il est bon qu'ils vous voient nager nus dans un étang à la campagne pendant une expédition de camping ou dans la piscine de la cour; ne faites pas une syncope s'ils vous surprennent brièvement en train de passer sans peignoir de la chambre à coucher à la salle de bain; mettez fin à ce besoin frénétique de vous couvrir, de vous fermer, de fermer toute occasion, même innocente, que vos enfants vous connaissent en tant qu'êtes pourvus d'une identité sexuelle.
Les parents croient leurs parents asexués parce leurs parents ne se sont pas montrés sous ce jour. Puis ils s'imaginent devoir être ainsi, parce que tous les enfants imitent leurs parents. (Les thérapeutes te diront que certains grands enfants ont encore beaucoup de mal à imaginer leurs parents "en train de faire la chose", ce qui, bien entendu, remplit ces enfants, maintenant des patients du thérapeute, de rage, de culpabilité ou de honte, parce que naturellement, ils désirent "le faire", et ils ne peuvent trouver ce qui cloche en eux."
Extrait de Conversations avec Dieu, tome 2. Neale Donald Walsch, Éditions Ariane, 1997
» Quelle place a la sexualité dans la pratique du naturisme?
Les naturistes redonnent à la sexualité sa juste place, ni surestimée comme pour les voyeurs, les exhibitionnistes et les drogués de la sexualité, ni sous-estimée ou ignorée. Ils constatent que la sexualité existe et lui reconnaissent son rôle et son importance. Dans les centres naturistes, il y a beaucoup moins d'attitudes équivoques. Le voyeurisme et l'exhibitionnisme n'ont plus de sens quand tout le monde est nu. Aucun vêtement n'est là pour attirer l'attention sur les parties sexuelles. Bien des femmes attestent qu'elles sont beaucoup plus regardées habillées dans une rue où elles sont déshabillées du regard.

Respect et rapports sociaux dans le naturisme

Dans son ouvrage Le Bonheur d'être nu, France Guillain parle d'un paradis pour les filles. "Les femmes qui se trouvent seules en des lieux naturistes savent qu'elles peuvent aller sur la plage sans que personne ne vienne les importuner." C'est un grand soulagement car "il n'y a pas pire inégalité pour la femme que cette peur, cette méfiance obligée, ce risque de viol si important dans notre pays civilisé."
Beaucoup de jeunes garçons hésitent à faire l'expérience du naturisme par peur d'avoir une érection à la vue des jeunes filles nues. Cette peur n'est pas fondée. Il est extraordinaire de constater que le cerveau, qui est le maitre de l'érection, intègre les données de la situation et tout se passe bien. Ça ne signifie pas qu'il faut s'interdire d'apprécier la plastique des corps, comme on peut apprécier les personnes habillées, les paysages, la mer et les oiseaux. Mais cela se fait dans la bienveillance et la sérénité. La vue habituelle de la nudité apaise les sens, appelle au respect mutuel et à l'humilité.
"Ce partage d'une grande fragilité que constitue la nudité, cette manière d'être exposé au grand jour au regard de l'autre exige une bonne dose d'humilité, d'acceptation de soi, malgré tous ses petits et ses grands défauts." "Chaque personne qui vous entoure a surmonté sa peur d'être vue nue, chacune d'elle représente à sa manière, un potentiel d'énergie qui donne envie de la connaitre." (F. Guillain)
» Comment les gens se comportent-ils entre eux quand tout le monde est nu?
Dans ses ouvrages, le sociologue naturiste Marc-Alain Descamps souligne qu'il y a longtemps, le vêtement, qui au départ était un objet fonctionnel destiné à se protéger par exemple du froid, est devenu le symbole de la classe sociale à laquelle on appartient: beaux habits pour les princes, chemise blanche et cravate pour les bureaucrates, bleu de travail pour les ouvriers, etc. Les rapports sociaux sont déterminés par le vêtement. En se dévêtant, on retrouve une personnalité délivrée de la couche superficielle des "bonnes manières". Certes, les personnes ne perdent pas les signes de leur classe sociale, ne serait-ce que par leur langage et leur culture. Mais leurs rapports fondés sur la hiérarchie s'évanouissent. S'offrir aux regards, c'est un acte de confiance, et faire confiance est contagieux. D'où l'ambiance d'entraide et de service qui règne généralement chez les naturistes.
Ceci ne signifie pas que toutes les classes sociales sont représentées dans de tels centres. Mais il est d'une évidence remarquable que les personnes "différentes" telles que les handicapés sont tout à fait bienvenues dans les centres naturistes. En réalité, tout le monde y est bien accepté, beau ou difforme, jeune ou vieux, bien portant ou infirme.

Pudeur et intimité

Certains prétendront que le nu n'est pas leur problème, ils sont simplement pudiques et la pudeur est une règle de bonne conduite. Ils disent que chacun à droit à son intimité et qu'on n'a pas à entrer dans celle des autres. Et, incluses en premier dans la zone d'intimité, les parties sexuelles.
Une telle opinion mérite d'être examinée de près pour comprendre ce que recouvrent les mots de pudeur et d'intimité. L'intimité est le domaine qu'on veut garder secret, de peur que le révéler joue en notre défaveur. L'intimité est donc une sorte de zone de protection, qui se construit en réaction aux menaces d'agression. Lorsque nous voulons nous retirer pour être tranquilles, nous trouvons cette paix dans notre maison ou notre chambre, un lieu qualifié d'intime, c'est-à-dire où personne ne viendra nous déranger (on peut tout au moins l'imaginer). Si quelqu'un de bruyant ou d'énervant vient nous troubler dans ce lieu, c'est un non-respect, une introduction dans notre espace géographique mais surtout dans notre espace énergétique, une agression, une sorte de viol énergétique. C'est donc la possibilité que quelqu'un ne nous respecte pas qui crée la notion d'intimité. Car si quelqu'un est dans la bienveillance, le respect et l'écoute profonde, sa présence n'est pas perçue comme une gêne.
L'intimité peut inclure aussi bien le corps que les sentiments: zones sexuelles du corps, autres parties du corps, corps en entier, détails de notre comportement, de notre vie sentimentale et "privée". Aussi, la définition de ce domaine est-elle très personnelle et très variable d'un individu à l'autre, d'une famille à l'autre, d'une communauté à l'autre. Elle varie aussi en fonction de la situation dans laquelle on se trouve.
Etuve
Les étuves du 13e siècle sont des lieux de rencontres sociales
Enluminure extraite du
manuscrit de Valère Maxime,
Faits et dicts mémorables
La forme la plus courante du sentiment de pudeur (il y en a une autre, nous le verrons), c'est la peur de révéler une certaine intimité. On craint de se montrer véritablement tel qu'on est parce qu'on se sent en insécurité, vulnérable, exposé aux abus et aux manipulations, parce qu'on a peur du jugement, parce qu'on n'a pas confiance en soi. Je ne veux pas révéler "mes petits secrets" signifie souvent: "je veux me montrer sous un aspect avantageux". Sinon, je suis honteux, "j'ai la honte" comme on dit maintenant et c'est révélateur! C'est parce que j'ai honte de moi et que je crains le jugement que je veux garder mon jardin secret.
Qu'est-ce qui est tellement honteux à partager? Le sentiment de réserve ou de résistance par rapport au partage de notre intimité est plus ou moins fort selon la confiance que nous accordons aux autres. Vis-à-vis de certains, on se confie, on se lâche! Avec d'autres, on se méfie. Certaines personnes trouvent bien plus intime de montrer leurs émotions que leur corps nu, car cela les révèle d'une façon bien plus profonde.
C'est pourquoi les définitions de l'intimité, et même des zones sexuelles, sont extraordinairement différentes selon les populations (voir les études de F. Barthe-Deloizy signalées en fin d'article). Les peuples de la terre tels que les Amérindiens n'ont jamais eu la phobie de la nudité. Quand les explorateurs les ont "découverts", ils vivaient nus avec un grand naturel sans aucune arrière pensée de mal. Les hommes grecs pratiquaient les sports à l'état nu (en grec le mot gymnos -nu- a donné gymnastique et gymnité). Les gens de l'Égypte antique et de l'Europe du Moyen-Âge se baignaient nus dans les rivières. A la Renaissance, on se baignait ensemble dans des établissements de bains. François 1er et sa cour se baignaient entièrement nus.
C'est à partir du 17esiècle que s'est instituée une morale contraignante. Il faut dire qu'on se montrait nu en toute innocence pour déféquer. Hommes et femmes se délestaient n'importe où dans les rues et les maisons, et on a voulu y mettre un terme. Contrairement à ce qu'on imagine, la pudeur qui consiste à dissimuler ses parties sexuelles et ses actes naturels est une notion relativement récente.
Extrait du récit d'un voyage au Tibet en 1944
Au printemps, ... les Tibétains se groupent autour des sources [chaudes], édifient des huttes de bambou et animent ce lieu solitaire, situé à deux heures de marche de Kyirong, de leurs cris et de leurs rires. Hommes, femmes et enfants se baignent nus, sans aucune gène.
Sept ans d'aventures au Tibet , Heinrich Harrer, Arthaud, 1953


Extrait du récit d'un voyage dans un village peuplé de Dinka, ayant eu lieu en 1950, à Mongalla, Soudan.
Personnellement, je ne suis pas d'une taille à me vanter et au milieu de ces géants, j'ai plutôt l'air d'un nain... Nos Dinka sont nus comme des vers, les femmes ainsi que les hommes (les femmes mariées portent à vrai dire un minuscule cache-sexe)... Leur nudité pose un problème très gênant pour le cameraman, d'autant plus que les Dinkas portent des attributs virils fort développés dont ils ne sont pas peu fiers. Pas question de leur faire admettre le moindre bout d'étoffe... C'est comme si l'on demandait à de jolies femmes de se voiler la face devant l'appareil de prise de vue. Ils se montrent très offusqués. Nous leur demandons un jour devant un missionnaire qui nous sert d'interprète pourquoi ils refusent avec tant d'obstination de voiler les parties intimes de leur individu.
-C'est une honte pour un homme de vouloir cacher sa virilité, nous répondent-ils d'un air de défi qui nous laisse coi.
Extrait de Le Nil, première descente en kayak, André Davy, Julliard, 1957
Ce récit est démonstratif: la honte des parties sexuelles est un sentiment fabriqué par l'éducation. En Amérique, en Afrique, en Océanie, les colonisateurs se sont efforcés d'imposer le vêtement pour "civiliser les sauvages" et leur ont ainsi appris la honte. Par un conditionnement jouant sur la punition et la récompense, on crée des problèmes là où il n'y en a pas.
Je signale pour être complet qu'il existe une autre forme de pudeur. Elle consiste à être réservé ou discret pour ne pas blesser ou choquer l'autre. Si je m'empiffre de gâteaux devant quelqu'un qui est sous-nutri sans même lui porter un regard, c'est impudique. Autrement dit, je ne tiens pas compte de l'autre, c'est de l'irrespect. Si je n'ai pas la possibilité de m'occuper de lui, il faut mieux que j'aille manger ailleurs discrètement. De même, certaines personnes de notre entourage peuvent être choquées et mal réagir devant la nudité, et il y a des circonstances où il est bon d'en tenir compte.
Cette forme de pudeur peut s'appeler attention à l'autre, délicatesse, respect. Si la première forme est associée à la crainte, est limitative et nous empêche d'être pleinement nous-mêmes, celle-ci au contraire est générosité, don à l'autre et nous élève. Être à l'aise avec la nudité ne signifie donc pas s'exposer n'importe où devant n'importe qui. Il est nécessaire de développer lucidité et discernement. Il y a des situations où il vaut mieux ne pas révéler son intimité de corps ou d'âme.

Le langage de la nudité et le nu dans l'art

L'état de nudité peut porter d'autres significations que la simplicité et le naturel associés au naturisme. Selon le contexte, être nu peut signifier sensualité, érotisme, provocation, contestation, revendication, humiliation. Comme toute attitude corporelle, la nudité est un langage qui prend son sens en fonction des gestes et attitudes, de l'intention, du contexte et de l'entourage. A l'extrême opposé du respect naturiste, on connait le nu qu'on exige du vaincu par vengeance, pour l'humilier et le dégrader. Il a sa correspondance dans le nu exhibitionniste et choquant du vainqueur.
Vanessa Beecroft 2002
Performance VB50 de Vanessa Beecroft, 2002, Biennale de Sao-Paulo
La généralisation des images de nus dans le cinéma et dans les reportages des émissions télévisées ou les magazines a apporté une évolution dans notre rapport au nu. Elle l'a banalisé, au moins dans le contexte de l'art et du spectacle. Au cinéma, et dans une moindre mesure au théâtre, il est de plus en plus familier de voir les gens nus, dans le contexte naturel de leurs activités de la vie quotidienne, le bain, le lit, la toilette, etc..
Mais la plupart du temps, la nudité y souligne un propos, un message concernant le corps ou les relations entre personnes. Par exemple, elle veut nous rappeler notre origine animale et nos forces primaires.
Les artistes vont de plus en plus loin dans l'exposition du nu afin de bousculer les esprits, secouer les murailles mentales et dépasser les tabous. Lorsqu'ils montrent des nus, les peintres, photographes ou metteurs en scène cherchent à partager leur émotion, qu'elle soit suscitée par la beauté ou la misère, la sensorialité ou le réalisme. Ou ils veulent inciter à la réflexion sur nous-même, au prix d'images provocantes, parfois violentes. Un exemple de spectacle destiné à déranger (=faire sortir du rang) est fourni par les "performances" de Vanessa Beecroft. [Note: "Performance", dans le contexte artistique, a le sens anglais de "représenter une scène" avec des personnes et non le sens habituel français qu'on connait surtout dans le domaine sportif d'aller plus loin que d'habitude, réaliser un exploit].
La nudité en chair et en os dans les rues sert aussi de moyen de protestation contre des injustices ou des contraintes insupportables, afin d'obtenir des réactions du public et faire bouger les consciences. Ce moyen de revendication se développe beaucoup dans les capitales du monde entier, y compris dans des pays où le nu est mal accepté, comme l'Amérique latine. Des groupes de personnes se dévêtent pour protester et défendre une cause, comme la condition animale à l'entrée du métro au Japon, ou une augmentation du budget pour l'éducation par les lycéens de Manille ou Valparaiso. Le choix de la nudité comme moyen de protestation me semble faire appel aussi bien à la contestation d'un interdit, qu'à la dénonciation de l'hypocrisie et des masques, et au symbole de la nudité qui énonce: je suis vulnérable et sans armes.
Spencer Tunick
Photo de Spencer Tunick, Helsinki, 2002
Merci à Fotolia
Un phénomène qui relève d'une autre motivation inclut les courses d'étudiants et étudiantes nus dans des universités des USA et du Japon, sorte de défi à soi-même comme expression en groupe du plaisir interdit. Il en existe une forme individuelle, le streaking, pratique qui s'est répandue dans les manifestations sportives en Angleterre et semble se propager dans d'autres pays. Il s'agit de se montrer nu de façon rapide (streak) devant le public et les caméras avant de se faire pincer par le service d'ordre. Les motivations sont variables, défi à soi ou à l'autorité, besoin de se montrer, de faire le pitre.
Les manifestations conçues dans les grandes capitales par Spencer Tunick sont révélatrices de l'évolution de notre rapport au nu. Ce photographe rassemble des milliers de gens nus pour composer des tableaux dans les décors familiers des villes, dernièrement à Lyon (2005), San Sebastian (2006), Mexico (2007), Amsterdam (2008). Le plus extraordinaire, c'est que les gens se prêtent très volontiers à cette expérience, avec amusement et joie, et qu'en marge des prises de vues pour les tableaux eux-même, ils se trouvent ensemble nus pendant la préparation, entre et après les prises de vue, et ils s'en trouvent bien. Preuve que le nu peut devenir naturel assez facilement, et que les conventions se dissolvent vite, même dans les villes.

Courant de vie et sensation de joie

En réduisant nos craintes de nous présenter dans notre authenticité, corps et âme, nous en retirons un sentiment de liberté et de confiance dans la vie. Nous osons être à l'écoute de ce qui nous fait du bien et nous procure du bonheur. Je ne suis pas en train de prôner l'hédonisme comme doctrine, ni de prendre le "bon sauvage" comme modèle de vie. Cette réflexion ne se situe pas dans le champ d'une philosophie ou d'un idéal, mais dans une approche de soi par l'expérience et le ressenti .
A l'écoute de nous-mêmes, nous percevons très clairement que des forces de vie sont à l'œuvre à l'intérieur de nous et nous portent à vouloir vivre dans la joie, alors que d'autres forces freinent leur expression (voir par exemple la description de ces forces par la Psychologie Biodynamique). L'enfant manifeste pleinement l'élan de vie au travers de tout son corps, accompagné des qualités de spontanéité, de non jugement et de confiance. Le germe de notre énergie vitale se situe dans le chakra-racine (voir article sur les chakras). Le deuxième type de forces inclut les peurs et croyances limitatives acquises au cours d'une éducation basée sur la crainte plus que sur la bienveillance et l'amour (voir article L'enfant intérieur).
L'expérience de la psychologie biodynamique nous enseigne que l'accueil de l'énergie vitale en soi se manifeste par la sensation de plaisir, plaisir sain de sentir couler la vie sans entraves dans tout son corps, en lien avec l'esprit et le cœur. C'est le plaisir manifesté par l'enfant qui danse, chante ou joue, le bébé qui regarde ses mains, c'est la joie bénéfique et nourrissante du contact avec l'eau, avec la nature, etc. A ne pas confondre avec le plaisir factice destiné à échapper à nos tensions profondes, sorte de soulerie qui laisse amer ou vide.
Savourer par le corps et les sens est une des composantes de cette joie de vivre: se sentir heureux à la vue d'un paysage magnifique, être transporté par une musique, avoir envie de toucher un tissu ou de modeler la terre, sentir la détente dans un bain d'eau ou de soleil. Sentir combien c'est bien meilleur quand on est nu. Dans d'autres moments, prendre plaisir à porter un vêtement agréable, une belle robe par exemple. Dans ces petits moments simples, je me sens uni à la vie, j'apprécie la vie.
Faire l'expérience du naturisme nous pose devant le choix d'accueillir notre énergie vitale. Quelle place sommes-nous décidés à donner dans notre vie au plaisir, à la joie, au bien-être, à la simplicité, à l'authenticité? Si la réponse est "de plus en plus de place", alors laissons-nous guider par nos sensations. Nous pouvons identifier ce qui nous rapproche de notre énergie vitale et de l'expression de notre enfant intérieur par ce qui nous procure cette impression de légèreté, d'ouverture, d'expansion, d'élévation, de présence dans le moment présent.

L'expérience du nu, un pas vers soi

Récapitulons. Oser nous mettre nus, seuls ou en groupe est susceptible de nous apporter les bénéfices suivants:
  • nous libérer de la peur d'être mal jugé à cause de notre apparence
  • nous libérer des conditionnements de la société qui cloisonnent l'esprit et entravent les élans de vie
  • réunifier le corps en éliminant la séparation entre ses parties nobles et ses parties honteuses
  • apaiser les tensions et angoisses sexuelles issues de la honte et du tabou. Prévenir les risques de déviations malsaines
  • apprendre le respect envers chacun au-delà des classes et des cultures
  • favoriser le respect envers les femmes, les personnes âgées, les handicapés
  • simplifier la relation entre personnes en la fondant sur des communications plus authentiques
  • aider à retrouver la spontanéité et la simplicité
  • donner plus de place à l'agrément et au plaisir de vivre
  • faire profiter le corps du soleil de de l'air pour une meilleure régulation et une meilleure vitalité
  • s'engager dans une approche de son être véritable
Cette énumération pourrait presque nous faire croire que la pratique du naturisme est miraculeuse. Ce n'est pas le cas. Elle peut effectivement nous faire avancer de quelques pas, mais l'expérience du nu ne va pas nous libérer de tous nos problèmes. Comme toute expérience, certains en tireront profit et d'autres non, car cela dépend de la conscience qu'on veut bien y mettre. Ce n'est pas parce que nous sommes nus que nous sommes délivrés de toutes nos craintes et de nos difficultés de communication. Cela ne règle pas certains fonctionnements psychologiques de fond. Tant que nous n'aurons pas guéri notre âme, nos croyances limitatives et nos blessures de manque d'amour auront un impact sur notre façon d'être, même si nous sommes nus.
Cependant, pour celles et ceux qui se sont engagés dans la quête de la réalisation de soi et de l'épanouissement, l'expérience de la nudité est un moyen intéressant pour se mettre en marche et oser aller vers soi. Si nous voulons nous donner la peine d'observer ce que nous ressentons, cela peut nous renseigner sur nos peurs et nos croyances profondes et sur la façon dont elles nous enferment. Bien entendu, il existe d'autres moyens pour cela, et le chemin de la nudité n'a rien d'obligatoire. Pourtant, ce chemin a cela de particulier que se mettre nu, c'est se mettre à nu, c'est enlever une partie de nos voiles. C'est une bonne épreuve qui nous confronte à notre fonctionnement psychologique et nous invite à dépasser nos appréhensions et nos peurs. A condition de bien vouloir les observer avec détermination, bienveillance et lucidité, nous trouvons en face de nous notre culpabilité, notre manque d'estime de soi, nos préjugés et comportements conditionnés, notre peur du plaisir, etc. (voir article Émotions et enfant intérieur).
On nous a appris à être quelqu'un qui se comporte d'une certaine façon, qui joue un rôle de personne "bien". C'est fatiguant à la longue. Comme c'est soulageant de pouvoir enlever nos masques. La communication authentique et profonde passe par la capacité à nous révéler aux autres dans notre vérité. S'exposer dans son authenticité, c'est accepter d'être vulnérable, fragile et cela fait peur. Pourtant, c'est le seul moyen pour se sentir en accord avec soi-même. La récompense est le sentiment de plénitude, de sérénité et de vie intense.
Nous vivons des temps difficiles, des temps de défi. Nous sommes à deux doigts d'être anéantis par le non respect de la vie, de l'être humain et de la nature (voir article Les catastrophes naturelles). C'est une question de vie ou de mort de nous débarrasser maintenant de tout ce qui nous encombre en croyances inutiles, schémas dépassés, hypocrisie, rôles appris et empruntés, habitudes et pratiques qui ne sont plus d'aucune utilité dans notre évolution. Alors réfléchissez et décidez en conscience.
Recommandez ce site à vos contacts
avec Google +1
 ou Facebook 


ANNEXE I: Le naturisme

» Qu'est-ce que la naturisme?
C'est un mode vie dont le but est de contribuer à l'épanouissement du corps et de l'esprit au contact de la nature. Le naturiste recherche l'équilibre, la bonne santé et les rapports sains entre personnes. Pour retrouver l'équilibre biologique et nerveux, le naturiste utilise les éléments naturels tels que alimentation saine, bains d'eau, d'air et de soleil, exercices physiques. Il recherche le contact avec la nature, si possible totalement nu. Le naturiste se distingue du nudiste qui ne pratique le nu (on dit aussi la gymnité) que pour l'agrément, sans l'intégrer à un mode de vie.
Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature,
caractérisée par la pratique de la nudité en commun,
et qui a pour but le respect de soi-même,
le respect des autres, et celui de l'environnement...
Congrès de la Fédération Naturiste Internationale, 1974
En France, il est possible de faire cette expérience en toute quiétude dans les centres et campings naturistes, qui offrent la sécurité d'un fonctionnement bien établi, et l'expérience de très nombreuses personnes qui sont allées au-delà de leurs hésitations et de leurs appréhensions.

ANNEXE II: La législation française concernant la nudité

En France, la nudité intégrale n'est pas protégée par la loi. Celui qui est en état de nudité peut faire l'objet d'une plainte par quelqu'un qui le considère comme exhibitionniste et tomber sous le coup de l'article du code pénal qui punit l'exhibition sexuelle. Mais dans l'esprit de la loi, la nudité n'est pas un délit.
Depuis 1989, la jurisprudence française établit que: "La simple nudité sans attitude provocante ou obscène ne constitue pas un délit d'outrage public à la pudeur" (Cour d'Appel de Douai). Depuis 1993, la notion d'«outrage public à la pudeur» a été remplacée dans le nouveau code pénal par la notion «d'exhibition sexuelle». L’article 222-32 punit d'une peine maximum d'un an de prison et de 15 000 euros d’amende «l’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui», sans autre forme de précision, ce qui a conduit le Garde des Sceaux de l'époque M. Henri Nallet, à préciser que «seuls les comportements sexuels présentant le caractère d'une exhibition imposée à des tiers tomberont sous le coup de la loi pénale, et ne seront donc incriminées que les attitudes obscènes ou provocatrices».
CODE PENAL Article 222-32
(Ordonnance nº 2000-916 du 19 septembre 2000 art. 3 Journal Officiel du 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002)

L'exhibition sexuelle imposée à la vue d'autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende.
«L'exhibition sexuelle peut être définie comme: L'exécution en public ou dans un lieu accessible à la vue de tous, d'actes sexuels, sur soi-même ou la personne d'autrui, et susceptibles par leur publicité d'outrager la pudeur d'autrui. La nudité en elle-même, exposée sans volonté de mettre seulement en exergue une partie à caractère sexuel n'est pas constitutive du fait délictuel.» [Les violences sexuelles, Pr. M. Le Gueut-Develay, CHU de Rennes, Service de Médecine Légale]
En France, les personnes qui pratiquent la nudité intégrale le font généralement paisiblement dans des lieux privés et protégés des vues extérieures, tels que les campings et centres naturistes, dont la plupart sont affiliés à la Fédération Française de Naturisme.
Il existe aussi des plages publiques autorisées. Mais il règne un certain flou dans le domaine, puisque l'attitude des municipalités va de l'autorisation écrite à l'interdiction formelle en passant par la tolérance verbale et l'autorisation implicite. On est loin de l'Allemagne ou du Danemark où ce mode de loisir est plus largement accepté et se pratique dans l'indifférence générale. Ou des pays latins dans lesquels le naturisme reste embryonnaire et le nudisme sévèrement réprimé.

En savoir plus

Sélection des dossiers Psychologie et Santé naturelle dans ce site:

  • Langage des émotions et Enfant intérieur. Il est des moments (exceptionnels?) où nous sentons que ce que nous faisons et exprimons représente ce que nous sommes vraiment. Cela se traduit par la joie et la légèreté. C'est le signe que nous avons donné place à notre Enfant Intérieur, à ses qualités de spontanéité, de simplicité et d'authenticité. Il est le porteur de notre Élan de Vie. Or, le plus souvent, nous l'avons nié et abandonné, de sorte qu'il a dû se composer un autre personnage (le Comédien) dans le but de recevoir de l'attention et de l'amour de la part des autres. En écoutant nos émotions et notre corps, nous reconnaitrons la souffrance de cet Enfant. Nous découvrirons que nous avons le pouvoir de transformer les jeux de conflit entre l'Enfant Intérieur et le Comédien afin de donner place à notre Moi véritable et vivre une vie épanouissante et sereine.
  • Sexualité essentielle et sexualité sacrée. La sexualité est une manifestation naturelle, saine et joyeuse de notre force de vie. Or bien souvent son expression est entravée ou détournée par des sentiments ou des idées reçues tels que honte, culpabilité, interdiction du plaisir, vide affectif, ressentiments et préjugés vis-à-vis du sexe opposé. Nous pouvons évoluer vers une sexualité épanouie en prenant conscience que ces sentiments sont issus de notre passé et peuvent être remplacés par le lâcher-prise, l'humour, l'attention aux sensations présentes, la légèreté et la joie. Vivre une sexualité connectée à notre moi véritable, c'est savourer la pratique sexuelle avec naturel, simplicité, innocence et émerveillement. Des indications pratiques sur les préliminaires, la maitrise de l'éjaculation, la respiration, sont suggérées. Dans une relation durable dans l'amour et la confiance, des phénomènes énergétiques subtils se déclenchent au moment de l'orgasme, favorables à la santé physique et mentale des deux partenaires. Au delà du plaisir réciproque, l'acte sexuel est un chemin d'accès à l'éveil spirituel qui a été reconnu et enseigné chez de nombreux peuples anciens, puis occulté et diabolisé. Nous sommes en train de le redécouvrir.
  • Hommes et femmes, le bonheur de s'écouter et se comprendre. Réaliser l'union du féminin et du masculin en soi. Les relations de couple sont souvent dénaturées par des conflits, des difficultés de communication et des différences d'opinion. Ces comportements sont-ils génétiquement programmés? Non. Ils sont le résultat d'une éducation enfermante et d'une ignorance de notre nature profonde. Une observation authentique et honnête de soi nous révèle que chaque homme et chaque femme possède aussi bien les qualités masculines que féminines, qui demandent à être reconnues, acceptées et développées. C'est en faisant la paix intérieure entre notre masculin et notre féminin que nous pouvons établir des relations harmonieuses, d'abord avec soi-même et ensuite avec les autres. C'est alors que la vie de couple, et la Vie elle-même, nous offrent le meilleur.
  • Psychologie biodynamique. La Psychologie Biodynamique est une thérapie psycho-corporelle qui approche la personne dans sa globalité psyché/corps et part du principe que notre corps garde aussi en mémoire les expériences vécues. Elle a développé une approche et des techniques qui permettent à la psyché et au corps de participer chacun au processus thérapeutique. La Psychologie Biodynamique est un courant important de la psychothérapie corporelle, elle est validée par l’EAP (Association Européenne de Psychothérapie) et l'EABP (Association Européenne de Thérapie Psycho-corporelle).
  • Force vitale et thérapeutiques. La maladie a un sens que l'on est appelé à découvrir. La psychosomatique naturelle ou hygiène vitale est un système éducatif basé sur la compréhension des causes de la maladie et leur rectification par l'utilisation des facteurs naturels de santé. Elle vise à l'autonomie et à la responsabilité. Les systèmes thérapeutiques même naturels, non accompagnés d'une réforme du mode de pensée, ne sont bien souvent qu'un moyen de se détourner du langage du corps et de soi-même.
  • Préparation consciente à la naissance naturelle avec le Dr Jean Faillières. La grossesse et l'accouchement sont source de nombreuses interrogations et inquiétudes en ce qui concerne la transformation du corps de la mère, les douleurs de l'accouchement et le nouveau rôle des parents. Il existe souvent une ignorance et des idées erronées sur ce sujet. Se préparer à la naissance, c'est saisir l'occasion de cet évènement important pour s'informer, observer et sentir le fonctionnement de nos corps (aussi bien le père que la mère), de la respiration, du cycle féminin, du développement de l'enfant dans le ventre de la mère, des tensions musculaires souvent inconscientes et inutiles. En apprenant à nous connaitre de façon approfondie, nous devenons plus conscients, plus lucides, plus responsables et autonomes au cours de l'évolution de la grossesse et de l'accouchement, mais aussi dans notre vie personnelle, celle de couple et de parents. L'accouchement peut se dérouler dans la confiance, la décontraction, en respectant le rythme naturel de la mère et de l'enfant.

Articles et sites d'information sur Internet

Ouvrages sur papier

  • Le bonheur d'être nu, Le naturisme, un art de vivre. France Guillain. Ed. Albin Michel, 1997
  • Le soleil, un aliment indispensable. France Guillain, Ed. Demeter, 2007
  • Du bon usage du soleil, Dr Damien Downing et Jean Celle. Jouvence éditions, 2006
  • Géographie de la nudité. Être nu quelque part. Francine Barthe-Deloizy. Ed. Bréal, 2003
  • Histoire du naturisme depuis le siècle des Lumières. Sylvain Villaret. Ed. Vuibert, 2005
  • Le Nu et le vêtement, Marc Alain DESCAMPS, Ed. Universitaires (1974)
  • Vivre nu, Marc Alain DESCAMPS, Trismegiste (30 septembre 2004)
  • Conversations avec Dieu, tome 2, Neale Donald Walsch; Éditions Ariane, 1997 ou Éditions J'ai lu








Texte conforme à la nouvelle orthographe française (1990)
21 Juin 2007